Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 08:28

Une dépêche de l'AFP relate une formation animée par un professeur de l'académie de Créteil qui propose "des méthodes apprises sur le tas pour tenir une classe, notions qui ne seraient pas apprises dans les IUFM."
Si nous nous réfèrons au contenu du message de l'AFP, les conseils donnés relèvent du simple bon sens comme par exemple "il faut être dans une bonne forme physique" ou plus caricaturaux "chaque classe comprend 10% de chahuteurs et 10% de travailleurs".
Ce qui fascine les médias dans cette histoire, c'est de dévoiler la relation de nature quasi fantasmatique qui s'apparenterait davantage à une prise de pouvoir du professeur face à ses élèves.
Bien sûr, le corps est important dans la relation pédagogique, même s'il est difficile de le contrôler à 100% .Mais, d'autres facteurs interviennent : l'envie de réussir, la situation familiale, le passé scolaire, les camarades, le plaisir d'apprendre où, au contraire,  la peur  que suscite cette démarche, plus présente que nous ne le croyons dans les diverses situations d'apprentissage (cf les travaux de S.BOIMARE). Autant d'éléments qui devraient concourir à éviter l'enfermement  dans une approche  de type comportementaliste. Mais, il existe aussi des faits plus dérangeants pour l'institution scolaire: le nombre d'élèves par classe qui est souvent un obstacle à l'individualisation des prises en charge, l'ambiance de l'établissement, les journées de cours beaucoup trop longues (cf les études d'H. MONTAGNER ou de F.TESTU).
La relation prof-élève ne doit pas être simplement réduite à cette logique binaire; elle est infiniment plus complexe(cf les recherches de J.NIMIER entre autres), la confiance, la discipline enseignée, le rapport que les jeunes entretiennent avec les divers savoirs (cf : les enquêtes de B.CHARLOT, E.BAUTIER, J.Y.ROCHEX par exemple) doivent également être prises en compte.
S'en tenir simplement à ce face à face, c'est occulter les conditions d'exercice du métier, c'est mettre la responsabilité de la réussite ou de l'échec sur les enseignants et les élèves. Sans le vouloir, nous en revenons au fameux principe du "débrouillez-vous". 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de agir
  • : L'école doit évoluer pour permettre à tous les enfants de réussir leur scolarité. Ce blog est le témoignage ,les reflexions de pédagogues soucieux de transformer le système éducatif.
  • Contact

Recherche

Archives

Pages

Liens